• Estelle

Le diktat du bien-être

Dernière mise à jour : 1 févr. 2021


Etes-vous récemment allé flâner dans le rayon « développement personnel » d’une librairie ? Le thème du bien-être est ultra tendance depuis quelques années ! « Savoir lâcher prise – chaque jour, être soi-même, libre et heureux », « 30 jours pour trouver ma voie et vivre mes rêves », « Arrête de te plaindre et bouge-toi ! », « Petit livre du lâcher-prise » « Se relaxer en toutes circonstances » …. Des centaines de références. Que de promesses et que d’injonctions également ! Comme si l’on avait appuyé sur la touche sensible du lecteur, qui, interpellé, va aussitôt s’empresser de s’offrir une solution toute faite à une question présentée souvent comme problématique (qu’il ne s’était peut-être pas posé d’ailleurs…). Alors, qu’espérer trouver dans ces lectures ? Sûrement un « ahhh c'est donc ça », « ça, c’est vrai », « je vais y arriver », « ça n’a pas l’air difficile ». Suivi, quelques mois plus tard d’un « j’ai échoué ». Je résume évidemment. Je suis certaine que les auteurs sont très bien intentionnés, pas de méprise ! D'ailleurs, si vous faites partie des personnes pour qui ces livres ont réellement fonctionné (et oui !), c’est tant mieux pour vous. Un titre tel que « Savoir lâcher prise » pose beaucoup d’attentes. Notons que le livre de développement personnel choisi révèle, peut-être, où vous en êtes en ce moment, vos gênes, vos envies, vos attentes. Un premier pas que cette prise de conscience. Sans même avoir lu le livre !

Le lâcher-prise total, sur tous les fronts est-il envisageable ? On frôle l’utopie. Le tout en restant isolé derrière les pages d'un livre, histoire de faire monter la pression. Vous vous sentez plus proche de celles et ceux qui ont lu, relu, ces livres de développement personnel, et qui se sentent pourtant à côté de la plaque lorsqu’il s’agit de mettre en pratique ? Normal. Est-ce que vous saviez lire dès que vous avez appris à reconnaître les lettres de l’alphabet ? Non ? (Ouf, moi non plus). Ce n’est pas parce que l’on a toutes les cartes que l’on sait jouer. Petit problème : le diktat du bien-être est passé par là, et génère un sentiment d’échec, car l’on se dit que l’on a toutes les cartes pour bien s’en sortir. Ce n’est pas aussi simple que cela évidemment, et vous vous en doutez bien. J’ai envie de dire là, maintenant : pourquoi ne pas râler si vous avez envie de râler, rire si vous avez envie de rire, oser libérer la colère en vous, pleurer si vous êtes triste ! Tout ce que la société nous apprend à bien contenir, et à « prendre sur soi ». Ca commence par là. Oser prendre conscience, vous écouter, en accueillant ces émotions, agréables ou parfois désagréables, qui font que cela vous gêne d'avoir l’impression de ne pas « cadrer » avec les standards, et ni avec le politiquement correct. Avec le temps, s’ensuivra peut-être l’envie de changer quelque chose, ou pas, et ensuite de mettre des actions en place, ou pas. Ou peut-être allez-vous réaliser que la situation vous convient telle qu’elle est. Que vous vous convenez tel/le que vous êtes. C’est un peu ça, la base de la sophrologie : découvrir, accueillir ses sensations, ses émotions, ses pensées. Les ressentir dans son corps, son cœur et son esprit. S’accueillir. Sans jugement.

35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout